La maladie comme voie de guérison que vous pouvez écouter dès maintenant:

Révélez votre talent créatif

Une conversation avec Jean-Philippe Brébion, créateur de la Bioanalogie

L’approche de Jean-Philippe Brébion est le fruit d’un long travail d’analyse. C’est un travail d’observation de notre fonctionnement biologique ainsi qu’une puissante recherche au plus profond de l’âme, de l’humain et de la Vie dans ce qu’elle a de plus pur. La Bioanalogie, comme il l’appelle, est un outil quantique. Elle permet une lecture analogique des événements de notre vie, nous accompagne dans l’interprétation des signes, favorise une meilleure compréhension du sens des choses. Elle utilise des principes simples mais percutants, qui nous aident à porter un autre regard sur ce qui nous touche et nous permettent de donner un sens à notre vie.

Jean-Philippe, vous êtes le créateur d’une approche grâce à laquelle nous pouvons donner un sens aux événements de notre vie. Qu’est-ce que la Bioanalogie? 

La Bioanalogie est le résultat d’un travail rigoureux d’observation de notre fonctionnement biologique. Mais elle est aussi, pour ma part, le fruit d’un engagement constant dans une expérimentation personnelle. Elle permet notamment une compréhension originale de la maladie, car notre corps exprime ce que nous n’arrivons pas à vivre en conscience. L’éveil à cette dimension nous permet de réaliser que ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur est l’expression d’une seule et même réalité non séparable. C’est une approche de conscientisation et de transformation profonde.

J’ai mis plus de 40 ans à développer la Bioanalogie. Il s’agit d’une approche humaniste de la vie, non dualiste et dénuée de toute causalité. Elle s’appuie sur l’hypothèse que tout est analogique à la première loi de « notre univers » : une rencontre entre le temps et l’espace.

Ainsi la vie se lit en trois plans, ni reliés ni séparés, appartenant à une seule et même réalité. Par exemple, un courant d’air, une température,  est un « mouvement » qui se fait entre le « froid » et le « chaud ». Une forme est une « rencontre » entre « l’intérieur » et « l’extérieur ». Une histoire est un « comment » entre un « quand » et un « où ». Etc. Chaque élément n’a aucune existence propre et ne peut exister que dans la relation avec les autres éléments. Le chaud existe il seul? L’intérieur existe-il seul? Le bas n’existe que dans sa relation avec le haut.

Tout ce qui est manifesté, tout ce qui est identifié se lit à travers de cette loi unitaire et universelle qui se déploie de façon holographique et fractale depuis l’origine de notre univers.

Un percept fondateur de la Bioanalogie est la certitude absolue que chaque chose a un sens au service de notre conscience. Tous les événements que nous rencontrons dans notre vie ne sont pas le fruit du hasard. Ils expriment matériellement/concrètement ce que nous ne savons pas vivre en conscience. Ainsi la vie nous invite à nous éveiller à nous-mêmes pour devenir conscients d’une richesse que nous possédons, mais qui n’est pas encore exprimée.
Lorsque nous prenons conscience de tout ça, nous cessons de survivre et nous commençons à vivre.

À quel moment vivons-nous ou survivons-nous?

C’est très simple. Chacun de nous sait précisément à quel moment il est en vie ou en survie, car notre biologie nous l’exprime clairement. Lorsque nous sommes heureux, en paix, épanouis et rayonnants, lorsque nous avons le sentiment de nous accomplir, nous sommes vivants. Nous révélons notre Talent créatif.  Par contre, lorsque nous sommes stressés, malades, lorsque nous sentons que nous ne sommes pas dans toute notre puissance et toute notre intensité, nous survivons.

Notre corps, notre biologie, sont issus de la mémoire animale, qui a pour fonction première la survie de l’espèce. C’est pourquoi notre fonctionnement biologique existe d’abord et avant tout pour survivre. Et lorsque nous survivons, nous plaçons la vie à l’extérieur de nous, tout comme le fait l’animal. Ce n’est pas sa propre vie qui intéresse l’animal, mais l’espèce qui doit se perpétuer concrètement dans le temps en dehors de sa propre présence. Un animal est capable de se sacrifier pour que l’espèce se perpétue. La dimension de l’humain est de cesser de survivre en se mettant en dehors de la Vie. Il s’agit de se reconnaître comme un être unique original et singulier, et de laisser la vie œuvrer à travers soi.

Vous parlez de « Talent créatif ». Qu’en est-il exactement? 

Nous possédons tous un talent créatif, un talent unique, original et singulier qui ne demande qu’à vivre et à s’exprimer à travers nous. Se reconnaître comme un être unique original et singulier nous permet de révéler ce Talent créatif dans lequel nous sommes pleinement vivants.

C’est la révélation de ce Talent qui change non seulement notre relation au monde, mais aussi « notre univers ». Nous avons à nous accueillir dans notre humanité en choisissant de manquer à toute autre forme d’existence. Et c’est l’illusion d‘un non-accomplissement de qui nous sommes qui empêche l’expression de ce Talent créatif.

Vous dites que chaque chose a réellement un sens, comment peut-il en être ainsi pour la maladie?

Rappelez-vous : « Une seule et même réalité! ». Par conséquent, ce qui s’exprime dans la matière est ce qui n’est pas vécu en conscience. Toute maladie devient l’expression biologique et matérielle d’une créativité que nous ne laissons pas vivre. En nous invitant à vivre en conscience, elle révèle la voie de notre propre guérison.

Comme je vous l’ai dit, cette compréhension originale de nos symptômes et de nos maladies est issue de plus de 40 ans de pratique professionnelle d’observation et d’analyse du fonctionnement biologique de l’être humain. Mais elle repose aussi sur presque 70 ans d’expérimentation de la vie avec cette certitude absolue que tout a sens au service de la conscience.

Il est donc évident pour moi qu’il soit nécessaire d’être à l’écoute des petits détails de nos évènements de vie en même temps que chaque symptôme de notre corps pour les considérer comme des guides privilégiés et personnels.
C’est cette évidence qui est maintenant bien connue et acceptée non seulement par tous les bioanalogistes, mais aussi par toutes les personnes ouvertes à cette approche.

Au regard de la maladie, le côté novateur de la Bioanalogie réside dans ce que le symptôme nous enseigne en termes de créativité. En effet, ceux qui sont ouverts à ce que le « mal a dit » ont l’habitude de considérer cette « mal-a-die » comme le résultat d’un conflit. Ce que propose aujourd’hui la Bioanalogie délaisse la dimension conflictuelle de la maladie pour y voir plutôt l’expression de notre profondeur comme une Invitation à vivre en conscience la créativité qui est en nous, mais non encore exprimée. Donc, si je suis malade, c’est qu’un talent créatif doit être révélé pour que je cesse de survivre. Ce n’est pas le conflit qui rend malade, c’est l’absence de créativité.

Travailler sur le conflit revient à chercher une cause, une démarche qui appartient donc encore à la dualité : « je reproduis par survie ». Cela n’invalide pas la valeur de ce travail — je l’ai pratiqué en d’autres temps — mais à mon sens, cela découle de la survie… sans compter le fait qu’on peut rechercher indéfiniment la cause de la cause de la cause, etc. J’ai plutôt choisi de m’intéresser directement au « Principe » de toute manifestation.

Ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur de nous est l’expression d’une seule et même réalité. Nous sommes cette rencontre et ces éléments sont indissociables. C’est pourquoi nos malaises et nos symptômes ne dérogent pas à cette règle. Un rhume, une migraine ou encore une blessure soudaine ne sont pas le fruit du hasard. Comme toutes autres difficultés d’ailleurs.

Comment entrer dans la guérison? 

• Lisez la suite dans le Magazine Papillon – Vol 1, # 3 – que vous pouvez télécharger gratuitement à cet endroit:

https://conversationpapillon.com/magazine-papillon/

Vous pouvez aussi vous procurer le film du réalisateur Jean-Yves Bilien Ceux qui ne veulent pas guérir…. Un voyage au cœur de l’Inconscient Universel  à cet endroit:

https://www.filmsdocumentaires.com/films/4761-jean-philippe-brebion

Pour connaître les prochaines formations de Jean-Philippe Brébion, entrez votre nom et votre courriel à cet endroit:

https://conversationpapillon.com/formation-bioanalogie/

Vous recevrez l’information par courriel dès qu’une nouvelle formation ouvrira.


Partagez avec nous...